Miouzik 60 et 70

POUSSEZ PAS Y EN AURA POUR TOUT LE MONDE!!!

Du rock progressif grec!

Classé dans : rock progressif — 15 février, 2010 @ 4:43

aphroditefront1.jpg

APHRODITE’S CHILD

666 - 1971 Cool Cool Cool Cool Cool

Aphrodite’s Child ? 666 ? Lisez la Bible, la réponse est dans l’Apocalypse… « Mais il nous a pété un câble le Jean-Claude ! Il va nous faire dans le maléfique maintenant ! C’est ce que vous devez penser de moi, isn’t ? ». Que nenni ! Mon double 666 a sa place (et comment qu’il l’a !) dans le top du rock progressif. Dans le genre concept-album, on ne peut mieux faire, 666 est un must. Pop rock initialement (rappelez-vous des boums dans le garage et de leurs slows babas We Shall Dance, It’s Five O’Clock, Rain And Tears), le groupe grec vire vers la musique prog à la fin des années soixante pour nous pondre, en 1972 (mais enregistré en 1971), un truc complètement dingue, tantôt psychédélique, parfois un peu hard-rock et qui restera à jamais au sommet des annales du rock : l’Apocalypse de Saint Jean (la Grande Bête). Ni plus, ni moins. C’est le projet de Evangelos Odysseas Papathanassiou (Vangelis pour les intimes, qui a fait la bande musicale de Blade Runner, de Christophe Colomb et l’hymne de la coupe du monde 2002, ça vous parle ?), projet dont les paroles sont signées Costas Ferris, c’est l’aboutissement du groupe. C’est son album mythique et un album culte, un sommet de 24 titres, ahurissants pour certains comme The Four Horsemen (un monument), All The Seats Were Occupied (et ses vingt minutes délirantes), courts comme The System, Tribulation (jazzy) ou Ofis, The Battle Of The Locusts, Seven Trumpets, comme The Lamb, The Break (pop), Hic And Nunc, Do It (rock). A noter surtout le satanique, orgasmique et intrigant ∞ (symbole signifiant l’Infini) chanté par Irène Papas (I Am I Was I am To Come I Was). L’Espagne et la Grèce interdiront ce dernier morceau pour son aspect sulfureux. Album polémique (inspiré par la Bible et au diable, les intégristes !) et qui fit jaser (Il est indiqué sur le disque d’origine qu’il a été conçu sous l’influence du Sahlep et on ignorait alors que ce n’était en rien une substance  hallucinogène), 666, dont aucun single n’a alimenté les charts, est peu être un peu décontenançant de par son côté bordélique et puzzle, mais inspiré mais d’une grande richesse musicale. C’est du plaisir original à écouter entre cinglés.

Face 1

  1. The System
  2. Babylon
  3. Loud, loud, loud
  4. The Four Horsemen
  5. The Lamb
  6. The Seventh Seal

Face 2

  1. Aegian Sea
  2. Seven Bowls
  3. The Wakening Beast
  4. Lament
  5. The Marching Beast
  6. The Battle of the Locusts
  7. Do It
  8. Tribulation
  9. The Beast
  10. Ofis

Face 3

  1. Seven Trumpets
  2. Altamont
  3. The Wedding of the Lamb
  4. The Capture of the Beast
  5. Hic et Nunc

Face 4

  1. All the seats were occupied
  2. Break
  3.  

  • Vangelis Papathanassiou – orgue, piano, flûte, percussions, vocal backings, et autres
  • Demis Roussos – guitare basse,vocal backings, lead vocals sur « The Four Horsemen », « Babylon » et « Hic et Nunc »
  • Lucas Sideras – batterie, vocal backings, lead vocal sur « The Beast » et « Break »
  • Silver Koulouris – guitares, percussions
  • Harris Halkitis – guitare basse, saxophone ténor, backing vocal
  • Michel Ripoche – trombone, saxophone ténor sur « Babylon » et « Hic et Nunc »
  • John Forst – narration
  • Yannis Tsarouchis – texte en grec
  • Irène Papas – voix sur « ∞ »
  • 1...11051106110711081109
     

    thbdwarp |
    CORONER COLLECTION |
    read and heard |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les humains entre eux
    | Dreams of Music
    | JAH LOVE