Miouzik 60 et 70

POUSSEZ PAS Y EN AURA POUR TOUT LE MONDE!!!

Archive pour la catégorie 'Tom Waits'

Funf Sterne, bitte.

Posté : 18 février, 2010 @ 4:49 dans Tom Waits | Pas de commentaires »

tomwaitsbluevalentine.jpg

TOM WAITS

BLUE VALENTINE – 1978  CoolCoolCoolCoolCool

 

C’est une pépite qu’il nous a sorti le Père Waits ! Blue Valentine est une pépite ! Ce disque sorti en 1978 est ce que Tom Waits a certainement fait de mieux (avec Heartattack And Wine). Quelle voix rocailleuse et grave, bien caractéristique des voix attaquées par le tabac et l’alcool ! Une voix qui pue la déprime, le coup de cafard. Mais quelle émotion dans cette voix. Dès l’entame de ce disque (Somewhere, reprise superbe  de West Side Story), sixième du nom pour le zigoto, la voix te pénètre partout, éraillée, cassée, déglinguée. Le blues s’installe dans ta carcasse. Tom Waits donne le ton de la nuit que tu vas passer. Car Blue Valentine, c’est un disque de nuit sans petit jour, alcoolisée et enfumée, de nuit noire pour seule lueur le réverbère de la rue qui crache une lumière intermittente, une nuit froide et noire qui crache toute sa flotte sur les vitres d’une chambre sous les toits luisants. Ou ça passe ou ça casse. Moi, je prends, j’aime le gus et sa façon de nous retourner en faisant virevolter sa musique. Tu ne sais pas d’où elle peut venir, cette putain de voix, mais elle est là, plus rythmée et elle te ballotte à gauche, à droite, dans le bluesy-jazzy-rock Red Shoes By The Drugstore. Elle ne te quitte plus, cette voix, te traverse dans le long blues $29.00, ne te lâche pas dans le long blues et classique Romeo Is Bleeding. Elle te plaque, belle et glauque ; obsédante et attirante, elle t’envoûte, profonde et grave, elle te scotche à ta bouteille de scotch dans Christmas Cards From A Hooker In Minneapolis (qui révèle une très belle plume). Tragique dans son blues à pleurer, elle te fait frissonner dans Blue Valentine. T’as qu’une envie avec Tom Waits et Blue Valentine, c’est de monter le son. T’en n’as jamais assez de cette voix en pleine liberté, ironique et malicieuse. J’ai été complètement bluffé par cet album à l’atmosphère bizarre et inquiétant, qui se déguste en continu. Funf Sterne, bitte !

  1. Somewhere  from West Side Story (Leonard Bernstein)
  2. Red Shoes By The Drugstore
  3. Christmas Cards From A Hooker In Minneapolis
  4. Romeo Is Bleeding
  5. 29 Dollars
  6. Wrong Side Of The Road
  7. Whistlin’ Past The Graveyard
  8. Kentucky Avenue
  9. Sweet Little Bullet From A Pretty Blue Gun
  10. Blue Valentine

  • Vocals – Tom Waits
  • Electric Guitar – Tom Waits, Ray Crawford, Roland Bautista, Alvin « Shine » Robinson
  • Bass - Scott Edwards, Jim Hughart, Byron Miller
  • Piano – Da Willie Gonga (George Duke), Harold Battiste, Tom Waits
  • Organ – Charles Kynard
  • Tenor Saxophone – Herbert Hardesty, Frank Vicari
  • Drums - Rick Lawson, Earl Palmer, Chip White
  • Orchestra – Bob Alcivar
  •   

     

    thbdwarp |
    CORONER COLLECTION |
    read and heard |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les humains entre eux
    | Dreams of Music
    | JAH LOVE