Miouzik 60 et 70

POUSSEZ PAS Y EN AURA POUR TOUT LE MONDE!!!

Archive pour la catégorie 'Strawberry Alarm Clock'

Pour senior freak.

Posté : 29 juin, 2011 @ 10:36 dans Garage Rock, Psychedelic Rock, Strawberry Alarm Clock | Pas de commentaires »

strawberryincenseandpeppermints1967.jpg

STRAWBERRY ALARM CLOCK 

INCENSE AND PEPPERMINTS – 1967 CoolCoolCoolCool

 

Qu’elle était cocasse cette période où les Flower Children mâles arboraient chemises tunisiennes ou à fleurs colorées, jeans pattes d’eph défraîchis, cols pelle à tarte, vestes frangées et customisées (généralement tous les groupes qui passaient par l’esprit y étaient inscrits au feutre indélébile), ou en peau de chèvre, chaussaient sandalettes en cuir ou Clarks (également recouvertes de tous les graffitis) , portaient cheveux longs, rouflaquettes  et barbe façon Jesus, la guitare en bandoulière, cette époque, qui a vu les freaks femelles se coiffer de nattes tressées qu’elles piquaient de fleurs, se colorer la chevelure au henné, souligner leurs paupières d’ombre mauve, se parfumer au patchouli (c’était soûlant !), afficher de grandes boucles d’oreilles, pendentifs, foulards, bagues à tous les doigts, bracelets de cheville, poncho, sac artisanal pendant sur l’épaule et brûlant l’encens. San Francisco était le paradis de cette jeunesse en marge qui suspectait toute personne au-dessus de 30 ans et qui vivait ostensiblement, sans se soucier un seul instant de ce qu’en pensaient les autres, les Straights. Haight-Ashbury était alors la référence incontournable. Mais ils étaient partout ces hip, jusque dans les villages du Larzac ou au coin de votre rue. Le milieu des années 60 a baigné dans cette ambiance de liberté et d’insouciance, de paix et d’amour, de contre-culture et d’expérimentation musicale, associée aux psychotropes. Strawberry Alarm Clock était de cette période. Comme leur public, ils étaient aux aussi des Acid Heads. C’était le passage obligé pour être in. Donc, en plein milieu de ce mouvement hippie, sort ce premier disque au titre révélateur des ambiances du moment : Incense And Peppermints (l’encens et les pastilles mentholées). La pochette est vraiment évocatrice de ce style de vie. Ce disque est une vitrine du son typique de San Francisco, de l’univers pop psychédélique ambiant et de l’influence lysergique sur l’esprit de ses auteurs. Les purs « Beautiful People » des sixties en éprouvent encore aujourd’hui beaucoup de nostalgie. Mark Weitz (claviers et dans les poissons tropicaux depuis), Lee Freeman (guitare rythmique), Gary Lovetro (basse),Randy Seol (batterie) et Ed King, guitariste, futur Lynyrd Skynyrd (à la basse, puis à la guitare) remplacé par Steve Gaines qui perdra la vie dans l’accident d’avion, co-auteur de l’hymne sudiste Sweet Home Alabama, forment le line-up de ce disque de Strawberry Alarm Clock, baptisé ainsi en mémoire de la chanson des Beatles (Strawberry Fields Forever). On peut leur adjoindre George Bunnell (bassiste et vendeur de Béhèmoué aujourd’hui) et Steve Bartek (flûtiste et chanteur), non crédité sur le LP mais qui, comme Bunnell composait les chansons du groupe. Il faut également mentionner l’interprète fantôme de la chanson titre de ce disque, un certain Greg Munford, talentueux jeune homme de 16 ans, lequel n’a fait partie du SAC que l’espace de son enregistrement. Il ne faisait alors que passer dans le studio pour des projets personnels. La chanson Incense And Peppermints, censée être une démo et finir comme face B de 45 tours, atteint finalement la première place du Bilboard Pop Singles fin 1967 et se vend à plus d’un million d’exemplaires. Le rock a décidément de bien belles légendes à proposer. Si le titre Incense And Peppermints a tous les ingrédients musico-psychédéliques nécessaires pour captiver les cerveaux embrumés de toute une génération, pour faire carrière dans le contexte du moment, et affirmer sa popularité auprès des freaks, de nombreuses compositions du disque sont influencées par les prises de drogues. Vrai et bon disque de rock psychédélique, il saisit parfaitement l’essence de cette tranche culturelle légendaire. Je ne suis pas franchement convaincu que l’auditoire des années 2010, non aguerri aux hallucinations induites par le LSD, trouve l’affaire engageante. Parfois aventureux, il me semble plus être à la portée de ceux qui, en 1967, portaient rouflaquettes, barbe, chaussaient Clarks, qui étaient bons clients de la fumette et des trips sous acids, ceux que les étrangetés expérimentales n’offusquent ou ne lassent pas. Ceux là, même rangés des bagnoles, n’en perdront pas une miette. Par contre, une mise en garde pour ceux qui sont intéressés par le produit : la compilation de 1990 (MCA), portant le même nom (pour tromper le consommateur), si intéressante soit-elle, est moins révélatrice et croustillante que l’original de 1967. Quatre des 10 titres y figurent (les classiques Incense And Peppermints, Rainy Day Mushroom Pillow, Birds In My Tree, Strawberries Mean Love). Manquent à l’appel du LP d’origine: The World’s On Fire et ses plus de huit minutes, Lose To Live, le parfumé au rock garage Paxton’s Back Street Carnival, Hummin’ Happy et ses belles harmonies, Pass Time With The SAC, Unwind With The Clock. Soit le meilleur. Nantis de ces éléments, partez à la recherche de votre jean patte d’eph. Que madame sorte son poncho et ses lunettes rondes. Un p’tit coup de khôl sous les yeux, confisquez le chichon du gamin et envolez-vous pour Frisco à bord du vol Incense And Peppermints.Y’a des moments, ça fait du bien (PLO54).

 

1. The world’s on fire 

2. Birds in my tree 

3. Lose to live 

4. Strawberries mean love 

5. Rainy day mushroom pillow 

6. Paxton’s back street carnival 

7. Hummin’ happy 

8. Pass time with SAC 

9. Incense and peppermints 

10. Unwind with the clock

 

Mark Weitz – Organ, piano, harpsichord, vocals/Randy Seol – Drums, bongos, vibraphone, vocals/Ed King – lead guitar, vocals/Lee Freeman – rhythm guitar, bass, harmonica, drums, vocals, woodwind/George Bunnell – Bass, vocals/Gary Lovetro – Bass, vocals/Steve Bartek - Flute 

Contact: jean-claude.reichert@orange.fr 

 

1234
 

thbdwarp |
CORONER COLLECTION |
read and heard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les humains entre eux
| Dreams of Music
| JAH LOVE