Miouzik 60 et 70

POUSSEZ PAS Y EN AURA POUR TOUT LE MONDE!!!

Archive pour la catégorie 'Stoner Rock'

Acid-rock primitif.

Posté : 28 juin, 2011 @ 3:00 dans Blue Cheer, Blues-rock, Hard Rock, Heavy Metal, Psychedelic Rock, Stoner Rock | Pas de commentaires »

bluecheervincebuseruptumfront.jpg

BLUE CHEER 

VINCEBUS ERUPTUM – 1968 CoolCool

 

Le visage angélique de votre ravissante épouse se mue, tout d’un coup, en un affreux facies  étique, aux cavités orbitales diaphanes, au crâne décharné. De sa bouche difforme s’extirpe, en ondulant, un hideux serpent tricéphale, pour venir se lover autour de votre cou. Vous tentez vainement de vous en dégager,  dans un mouvement saccadé, des gestes pesants et lents qui ne touchent jamais leur cible, mais affolant le reptile, lequel se réfugie, en émettant un rire sardonique, sous la mousse végétale multicolore et dense d’un vulgaire essuie-pieds crotté, avant de se désintégrer pour réapparaître, plus loin sur l’étagère à vinyles, sous l’apparence d’un sanglier inhospitalier et prêt à charger. L’air se fait de plus en plus moite, rare, changeant le grain de votre peau devenue verdâtre, en une pâte visqueuse qui se liquéfie dans le même temps que vos jambes se dérobent… Ces hallucinations terrifiantes, induites par le LSD, sont, en quelque sorte la transposition de ce qu’est la musique de Vincebus Eruptum (1968) de Blue Cheer (qui est une forme explosive de LSD et un puissant détergent) : le reflet d’une défonce sous acid, prétexte à sonorisation à outrance, distorsions excessives, beuglements abusifs, par des gamins sauvages, brutaux, sans limites, sans scrupules, encore limités techniquement et avec peu de kilomètres au compteur (on appelle ça le Stoner Rock). Vincebus Eruptum a tout du Mammuthus Primigenius : dans une démarche pachydermique pataude, il charge violemment sur un Summertime Blues qui a rarement été aussi écrasé, trituré, malaxé, réduit à l’état de bouillie, avant de réserver un sort identique à d’autres standards du blues. Eddie Cochran, alors mort depuis 8 ans, doit se retourner dans sa tombe. Basses amplifiées, guitares rugissantes, à la limite de ce que l’oreille peut supporter, amplis à donf, tapage nauséabond, souvent abominable, violence et lourdeur permanentes et mal canalisées, expérimentations partant dans tous les sens, son décousu, distorsions frénétiques, technique balbutiante, soli pourris, production minimale… cette nouvelle race de musicos (je me demande parfois s’il faut appeler ainsi ces rockers du paléolithique) n’a pas froid aux yeux et innove avec une brutalité et une sauvagerie alors jamais rencontrées. Idolâtrés par les Hell’s Angels, ce trio de rock psychédélique californien, constitué de Dickie Peterson, Leigh Stephens, Paul Wahley, fait plus de bruit que Grand Funk, Black Sabbath et les Clash réunis. Dans ce contexte de sales décibels maniés par des amateurs, difficile d’y trouver ma place. Que certains voient en ce disque désordonné, brouillon, maladroit, sans grand talent, dont chaque note pue l’acid et la crasse, un disque culte, je veux bien, car ces ancêtres du Neandertal Man sont incontestablement des précurseurs en termes de Heavy Metal, mais de là à lui octroyer la note maximale, je ne suis pas d’accord. Hormis Doctor Please, Rock Me Baby, de quels arguments dispose ce disque dépourvu de la moindre miette de virtuosité et  dont les acteurs-bikers en oublient même qu’ils jouent ensemble tant ils sont défoncés ? Aucun. En tout cas, même s’il a été influent pour les générations de hard rockers à venir, je n’ai absolument pas été convaincu. A moins que sous acid….(PLO54)

 

1. Summertime Blues 

2. Rock Me, Baby 

3. Doctor Please 

4. Out Of Focus 

5. Parchment Farm 

6. Second Time Around

 

Dickie Peterson (basse, chant)/Paul Whaley (batterie)/Leigh Stephens (guitare) 

Contact: jean-claude.reichert@orange.fr 

 

 

 

 

 

12345
 

thbdwarp |
CORONER COLLECTION |
read and heard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les humains entre eux
| Dreams of Music
| JAH LOVE