Miouzik 60 et 70

POUSSEZ PAS Y EN AURA POUR TOUT LE MONDE!!!

Archive pour la catégorie 'Steely Dan'

Musicalement et techniquement abouti.

Posté : 25 août, 2010 @ 4:07 dans Steely Dan | Pas de commentaires »

steelydankatylied.jpg

STEELY DAN 

KATY LIED – 1975  CoolCoolCoolCool

 

 La discographie de Steely Dan est riche de plusieurs très bons albums et y faire un choix plus qu’un autre relève de la gageure. Le parcours du groupe, jusqu’alors, est jalonné de très bonnes étapes. En effet, en 1975, après avoir déjà sorti Cant’ Buy A Thrill (très prometteur premier album), l’excellent Countdown To Ecstasy, un Pretzel Logic de haut niveau, le duo Fagen/Becker, accompagné de ses fidèles et rehaussé d’accompagnateurs de haut calibre, rompus aux joutes de studio (certains sont partis comme Baxter, Hodder, Timothy B. Schmit ; d’autres sont là et bien là,  comme le guitariste Rick Derringer, Jeff Porcaro, Hal Blaine, Larry Carlton et le chanteur Michael McDonald cantonné au background), donc, le duo publie ce Katy Lied. Dans la continuité d’un dernier LP dans lequel Steely Dan a fusionné son délicieux pop-rock avec des influences jazzy, ce Katy Lied, optant pour un son plus chaud, ne manque pas d’arguments plaidant en sa faveur : Black Friday (sur le jeudi noir boursier) doté d’un énorme solo de guitare de Becker et martelé par un Jeff Porcaro (19 berges) qui joue comme un cador , le funky Bad Sneakers taillé sur mesure pour la radio, Doctor Wu (et son piano et son saxo jazzy), Daddy Don’t Live In That New York City No More, l’affolant Everyone’s Gone To The Movies, un soft rock de bonne facture Any World (That I’m Welcome To), Throw Back The Little Ones, Rose Darling. Brillamment orchestré, musicalement intéressant, doté de mélodies accrocheuses, savamment, joliment, professionnellement, techniquement et sobrement interprété (aucun ne tire la couverture à lui), ce disque annonce la belle trilogie à venir avec Aja en tête de pont. Pour un album qui est vu comme « de transition » par la critique, ce quatrième volume de Steely Dan est plutôt bien foutu. A noter que Michael McDonald (Doobie Brothers) apparaît pour la première fois auprès de Steely Dan. Dans le même temps, Jeff «Skunk» Baxter a fait le chemin inverse. 

 

Side one 

1.     « Black Friday » – 3:33 

o    Guitar solo by Walter Becker 

2.     « Bad Sneakers » – 3:16 

o    Guitar solo by Walter Becker 

3.     « Rose Darling » – 2:59 

o    Guitar solo by Dean Parks 

4.     « Daddy Don’t Live in That New York City No More » – 3:12 

o    Guitar by Larry Carlton 

5.     « Doctor Wu » – 3:59 

o    Alto saxophone solo by Phil Woods 

Side two 

6.     « Everyone’s Gone to the Movies » – 3:41 

7.     « Your Gold Teeth II » – 4:12 

o    Guitar solo by Denny Dias 

8.     « Chain Lightning » – 2:57 

o    Guitar solo by Rick Derringer 

9.     « Any World (That I’m Welcome To) » – 3:56 

10.   « Throw Back the Little Ones » – 3:11 

o    Guitar solo by Elliot Randall 

Donald Fagen - vocals, piano, keyboards/Walter Beckerbass, guitar, backing vocals/Michael Omartian, David Paich – pianos, keyboards/Wilton Felder, Chuck Raineybass guitars/Hugh McCracken – guitar/Denny Dias – guitar (solo on ‘Your Gold Teeth II’)/Rick Derringer – guitar (solo on « Chain Lightning »)/Dean Parks - guitar (solo on « Rose Darling »)/Elliott Randall - guitar (solo on « Throw Back the Little Ones »)/Larry Carlton – guitar on « Daddy Don’t Live in That New York City No More »/Jimmie Haskell – horn & horn arrangement on « Throw Back the Little Ones »/Bill Perkins – horn on « Throw Back the Little Ones »/Phil Woods – alto saxophone solo on « Doctor Wu »/Jeff Porcaro – drums on all songs except « Any World (That I’m Welcome To) », dorophone/Hal Blainedrums on « Any World (That I’m Welcome To) »/Michael McDonald – background vocals/Myrna Matthews, Sherlie Matthews, Carolyn Willis – background vocals on « Everyone’s Gone to the Movies » 

Contact : jean-claude.reichert@orange.fr 

123456
 

thbdwarp |
CORONER COLLECTION |
read and heard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les humains entre eux
| Dreams of Music
| JAH LOVE