Miouzik 60 et 70

POUSSEZ PAS Y EN AURA POUR TOUT LE MONDE!!!

Archive pour la catégorie 'Shylock'

Un coup d’Epée dans l’eau.

Posté : 24 juin, 2011 @ 7:30 dans Rock en France, rock progressif, Shylock | Pas de commentaires »

shylockilefivre2.jpg

SHYLOCK 

ILE DE FIEVRE – 1978 CoolCoolCool

 

 

De Nice à l’Ile de Beauté, il n’y a qu’un pas. La Corse, sous l’appellation Ile de Fièvre, empruntée à un roman de Prosper Mérimée, sert de titre au deuxième album des aiglons de Shylock. Ce disque, leur deuxième après le prometteur, mais immature et irrégulier Gialorgues, paraît en 1978. Il est porté par deux pièces essentielles de la discographie de Shylock, respectivement  étirées à près de 13 minutes (Ile De Fièvre) et à plus de 10, Laocksetal. La première nommée, notamment, est une petite merveille qui confirme les excellentes dispositions musicales et techniques entrevues sur l’album précédent. Cette place compte parmi les plus beaux vestiges du rock progressif des années 70. A elle seule, elle vaut le détour. Le revers de la médaille, c’est que le reste, très honorable, soit-dit en passant, fait pâle figure à ses côtés. Comme Ile De Fièvre se situe en ouverture d’album, je vous laisse deviner la difficulté qu’ont les chansons venant à sa suite,  à capter l’intérêt (ou à tromper l’ennui) jusqu’à la seconde pièce maîtresse, Laocksetal, encore que cette dernière  ne confirme pas vraiment le niveau exceptionnel de la chanson-titre. Shylock a certes pris du volume, est plus confiant aussi, au point que les portes du studio Aquarius de Genève s’ouvrent devant lui,  pour réaliser Ile De Fièvre (1978/CBS), mais, faute de temps pour soigner ce deuxième jet, faute de matière plus conséquente, faute d’une promo à la hauteur et d’une ambiance interne meilleure que celle qui animait alors le quatuor provençal (arrivée de Serge Summa,  bassiste), Ile De Fièvre, disque inégal, expérimental, pas toujours facilement accessible, passe quasiment inaperçu à sa sortie. Le coup est donc loin d’être gagnant, puisqu’Ile De Fièvre se vendra moins que son prédécesseur, victime, à son tour, de la vague punk. Correct, sans plus (PLO54).

 

 1. Ile de Fièvre (12:59) 

2. Le Sang des Capucines (5:37) 

3. Choral (1:52) 

4. Himogène (5:15) 

5. Lierre d’Aujourd’hui (2:19) 

6. Laocksetal (10:27) 

7. Le Dernier (9:12)

  

André Fisichella (batterie, percussions)/Frédéric l’Épée (guitares)/Didier Lustig (claviers)/Serge Summa (basse). 

Contact : jean-claude.reichert@orange.fr 

12
 

thbdwarp |
CORONER COLLECTION |
read and heard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les humains entre eux
| Dreams of Music
| JAH LOVE