Miouzik 60 et 70

POUSSEZ PAS Y EN AURA POUR TOUT LE MONDE!!!

Archive pour la catégorie 'Point Blank'

Demi-sels s’abstenir.

Posté : 30 juin, 2011 @ 7:25 dans Country-Rock, Point Blank, Southern Rock | Pas de commentaires »

pointblankalbum1976.jpg

POINT BLANK 

POINT BLANK – 1976 CoolCoolCoolCoolCool

 

Dans la catégorie des « laissés-pour-compte » du southern rock, voilà une bande débarquée tout droit du Texas, formée par  Rusty Burns et Kim Davis, guitaristes, John O’Daniel (chanteur), Peter Gruen (batteur), Philip Petty (basse) : Point Blank. S’il est un groupe qui a les deux pieds en plein dedans, c’est bien celui-ci. Nos amis texans (endeuillés en 2010 par les disparitions de son bassiste et de Kim Davis) ne sont  pas là pour plaisanter et leur premier album (éponyme de 1976) est révélateur des intentions de ses auteurs, puisqu’il pointe un colt vers vous. Les deux orifices inamicaux indiquent que, là dedans, dans la pochette cartonnée du LP, il y a un vinyle qui sent la poudre et qu’il va falloir en découdre sans broncher.  Musicalement proche du groupe de Ronnie Van Zant et de Steve Gaines (dont il devait assurer régulièrement l’ouverture des concerts, mais que la tragédie aérienne  décimant Lynyrd Skynyrd, a rendu caduque), Point Blank trace son sillon dans le southern rock et le boogie, ses racines, en y répandant un rock hard et rageur. Produit par le père des ZZ Top, Bill Hamm, cette première salve a été décochée en septembre 1976 chez Arista Records, la Bible dans la main droite, la Winchester dans la gauche. A force de vivre dans l’ombre des barbus texans (alors qu’ils n’ont rien à leur envier) et de ne pas croquer sa part du butin dans un art qu’il maîtrise pourtant à la perfection, Point Blank règle ses comptes en passant en force. L’album, vous vous en doutez bien, est décoiffant, musclé, puissant et sans détour. S’appuyant sur de subtiles mélodies (les textes doivent valoir leur pesant de fiel), des voix rompues au genre par des années de scène, la bière et le whisky (ils comptaient parmi les plus boulimique en termes de tournées), sur des riffs tueurs, des guitares flambantes et sur une rythmique teigneuse et besogneuse,  Point Blank, l’album, aligne les cibles gagnantes. Free Man catapulte d’emblée une balle entre les deux yeux des pieds tendres. Les coups de feu n’en finissent pas de pleuvoir : Wandering, Movin’, In This World, Bad Bees, Lone Star Fool, That’s The Law. Le décor s’étire entre rock & roll et blues. 8 titres et autant de projectiles  irascibles qui vous sifflent méchamment aux oreilles. Distance, sublime ballade dans ce monde de killers, vous invite à quitter gentiment la ville, sur la pointe des pieds. Dès fois que le goudron et les plumes… Dire que Second Season est encore mieux…  I’m A Poor Lonesome Cow-Boy And A Long Long Way From Home…(PLO54).

 

1. Free Man (Rusty Burns / John O’Daniel) – 5:09 

2. Moving – 3:13 

3. Wandering – 5:19 

4. Bad Bees (Burns / Philip Petty) 2:31 

5. That’s The Law – 3:41 

6. Lone Star Fool (Kim Davis / O’Daniel) – 4:17 

7. Distance – 5:12 

8. In This World (Davis / O’Daniel) -3:12

 

  

Rusty Burns : guitares, slide, choeurs/Kim Davis : guitares, chœurs/Peter Gruen : batterie, percussions/John O’Daniel : chant/Philip Petty : basse 

Contact : jean-claude.reichert@orange.fr 

 

123
 

thbdwarp |
CORONER COLLECTION |
read and heard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les humains entre eux
| Dreams of Music
| JAH LOVE