Miouzik 60 et 70

POUSSEZ PAS Y EN AURA POUR TOUT LE MONDE!!!

Archive pour la catégorie 'pink floyd'

Elevé au rang de légende.

Posté : 1 juillet, 2011 @ 8:45 dans pink floyd, Psychedelic Rock, Syd Barrett | Pas de commentaires »

sydbarrettthemadcaplaughs.jpg

SYD BARRETT 

THE MADCAP LAUGHS – 1970 CoolCoolCoolCoolCool 

 

Syd Barrett a sorti deux albums studio : ce Madcap Laughs et Barrett, tous deux publiés en 1970, le premier en janvier, le second en novembre. Syd Barrett traverse alors une très mauvaise passe pour des raisons d’accoutumance aux drogues. Membre de Pink Floyd, qu’il a créé et avec lequel il participe aux deux albums studio que sont The Piper At The Gates Of Dawn et A Saucerful Of Secrets (deux excellents disques), il en est purement écarté (remplacé par David Gilmour) pour les raisons énoncées, devenant quasiment ingérable et constituant de plus en plus un frein  à l’évolution du groupe. Enregistré au printemps de 1968 et, dans un second temps, en été 1969, ce Madcap Laughs a été un calvaire à mener à son terme tant Syd Barrett était constamment  à l’Ouest. Et physiquement incapable d’assurer ses parties. Je ne rentrerais pas dans les détails, il y a trop à en dire. Sans les potes Gilmour et Rogers, cet album aurait-il seulement été enregistré ? Pas sûr. C’est pourquoi ce disque de ce génie de Barrett est assez tortueux, chancelant et fait à la hâte, entre le fromage et le dessert. Qu’aurait-il donné dans d’autres circonstances ? Syd Barrett y développe 13 titres. 13 comme les 13 convives de la cène, 13 comme 13 magiques gâteries de Noël. Et le 13 lui porte chance. Pour une fois. Treize magnifiques titres, surprenants, surréalistes, pleins d’émotion et de vérité, parfois hésitants, faits simplement, servi par un son simple, par un artiste qui se recroqueville sur ses souffrances. Pas toujours cohérent, décousu parfois, ce disque est l’œuvre d’un génie à l’écriture erratique incomparable, d’un mec qui souffre. Il est unique et résiste bien au temps. Ce poète déjanté, Rimbaud de son époque, était un grand malade rongé par le lsd, cette drogue qui l’a rabaissé à l’état de loque humaine tout en l’élevant au rang de légende du rock. Ce disque est la seule chose qui lui reste. Il est grand, profond, halluciné mais terriblement vrai.  Il est incontournable. Cela va de soi (PLO54). 

 

 

Side one

 

 1.     « Terrapin » – 5:04 

2.     « No Good Trying » – 3:26 

3.     « Love You » – 2:30 

4.     « No Man’s Land » – 3:03 

5.     « Dark Globe » – 2:02 

6.     « Here I Go » – 3:11

  

Side two

 

 1.     « Octopus » – 3:47 

2.     « Golden Hair » – 1:59 (Barrett, Joyce

3.     « Long Gone » – 2:50 

4.     « She Took a Long Cold Look » – 1:55 

5.     « Feel » – 2:17 

6.     « If It’s in You » – 2:26 

7.     « Late Night » – 3:10

  

 

Syd BarrettGuitar, vocals/David GilmourBass, 12-string acoustic guitar, drums (on « Octopus »), production/Roger Waters – Bass, production/Jerry Shirleydrums/John Wilson – Drums/Vic SaywellHorn/Robert Wyatt – Drums on 2 and 3 (from Soft Machine)/Hugh Hopper – Bass on 2 and 3 (from Soft Machine)/Mike RatledgeKeyboards on 2 and 3 (from Soft Machine) 

 

Contact: jean-claude.reichert@orange.fr 

12345...10
 

thbdwarp |
CORONER COLLECTION |
read and heard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les humains entre eux
| Dreams of Music
| JAH LOVE