Miouzik 60 et 70

POUSSEZ PAS Y EN AURA POUR TOUT LE MONDE!!!

Archive pour la catégorie 'Peter Green'

L’heure du Green God.

Posté : 27 juin, 2011 @ 10:30 dans Blues, Blues-rock, Bluesbreakers, John Mayall, Peter Green | Pas de commentaires »

mayallbluesbreakersahardroad.jpg

JOHN MAYALL & THE BLUESBREAKERS 

A HARD ROAD – 1967 CoolCoolCoolCoolCool

 

Après le fracassant Bluesbreakers With Eric Clapton (1966), John Mayall apporte une deuxième pièce de choix et  consécutive  au patrimoine du blues british : A Hard Road (février 1967). Le line-up change, la performance demeure. Mayall a cette particularité de s’entourer, et de révéler surtout, de jeunes musiciens talentueux. Exit The God (Clapton pour les novices) à la guitare, Peter Green (futur Fleetwood Mac ; on lui doit Black Magic Woman, que Santana propulsera dans les hits planétaires) s’y colle. Aynsley Dunbar à la batterie, John Almond et Alan Skidmore au sax ainsi que John McVie entourent ici un John Mayall, très attendu par la critique et qui doit rendre des comptes en cas d’échec d’A Hard Road. Ne remplace pas Clapton qui veut. Seulement voilà, le God a plus la tête à faire fructifier son talent au plus vite et Papy Mayall, en fixant son choix sur Peter Greenbaum, dit Green (Clapton a lui-même reconnu la grande qualité du jeu de guitare de Green), sait qu’il joue gagnant, tant le Green God (surnom de Peter) est monstrueusement doué. B.B King, sommité en la matière, disait de lui que le futur Mac était le seul dont il avait réellement peur. John Mayall, rompu aux choses de la musique, ne fait jamais les choses à la légère. Au travers de l’écoute de ce troisième album, la décision du chef s’avère donc judicieuse. Peter Green, charmant compagnon de travail  et partageant aussi le domicile du Maître, s’intègre vite et bien, colle au plus près des desseins des Bluesbreakers. La remarque vaut moins pour Dunbar (voir sa prestation en solo sur Rubber Duck), plus démonstratif, formant, avec McVie, une rythmique très efficace, mais qui ne dure pas (Mike Fleetwood prendra son relais). A Hard Road, derrière lequel on retrouve Mike Vernon à la production,  révèle du blues électrique dans toute sa splendeur. Ouvert avec  le morceau titre par lequel Peter Green(qui chante aussi) montre, sans trop en faire et sans tarder, que le costume qu’il endosse n’est pas trop grand pour lui, l’album, est partagé entre les bons originaux de Mayall (A Hard Road, It’s Over, Another Kinda Love, Hit The Highway, Leaping Christine, There’s Always Works, Top Of The Hill et Living Alone), l’apport croustillant de Green (The Same Way, l’extraordinaire The Supernatural) qui constitue un tremplin idéal pour le travail de l’artiste sous Fleetwood Mac et les reprises bien senties de classiques du Chicago Blues (You Don’t Love Me de Willie Cobb, The Stumble et Someday After A While de Freddie King, Dust My Blues d’Elmore James). C’est un grand disque, avec de grands acteurs, pour de superbes moments…(PLO54).

 

Side one 

1. »A Hard Road » – 3:12 

2. »It’s Over » – 2:51 

3. »You Don’t Love Me » (Willie Cobbs) – 2:50 

4. »The Stumble » (Freddie King, Sonny Thompson) – 2:54 

5. »Another Kinda Love » – 3:06 

6. »Hit The Highway » – 2:17 

7. »Leaping Christine » – 2:25 

Side two 

1. »Dust My Blues » (Elmore James, Joe Josea) – 2:50 

2. »There’s Always Work » – 1:38 

3. »The Same Way » (Peter Green) – 2:11 

4. »The Supernatural » (Green) – 2:57 

5. »Top Of The Hill » – 2:40 

6. »Someday After A While (You’ll Be Sorry) » (King, Thompson) – 3:02 

7. »Living Alone » – 2:23

 

John Mayall – vocals, guitar, harmonica, piano, organ/Peter Green – guitar, vocals/John McVie – bass/Hughie Flint, Aynsley Dunbar – drums/John Almond, Alan Skidmore – Saxophones/Ray Warleigh – Wind instruments. 

Contact: jean-claude.reichert@orange.fr 

 

 

 

 

 

 

thbdwarp |
CORONER COLLECTION |
read and heard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les humains entre eux
| Dreams of Music
| JAH LOVE