Miouzik 60 et 70

POUSSEZ PAS Y EN AURA POUR TOUT LE MONDE!!!

Archive pour la catégorie 'Nazz'

Une énigme.

Posté : 28 juin, 2011 @ 3:19 dans Garage Rock, Nazz, Psychedelic Rock | Pas de commentaires »

nazzalbum.bmp

NAZZ 

NAZZ – 1968 CoolCoolCoolCoolCool

 

L’énigmatique Nazz (et non pas The Nazz) est né à Philadelphie, en 1967, du fait de la réunion de Robert Stewkey Antoni (chant et claviers), de Thom Mooney (batterie), de Carson Van Osten (basse) et du tout jeune guitaristeTodd Rundgren, alors âgé d’à peine vingt ans. Ces deux derniers ayant préalablement joué dans Woody’s Truck Stop, groupe de blues  (nom du garage de motos où le groupe répétait), il n’en faut pas plus pour couper court à la rumeur persistante selon laquelle Nazz est le premier groupe de Todd Rundgren. Dont acte. Ce point étant précisé, dire de Nazz qu’il a injustement été sous-estimé, est une lapalissade. La présence de John Kurland, manager, et de Michael Friedman, manager associé, leurs choix stratégiques parfois douteux, ont certainement contribué à cette situation.  Sa carrière a été brève, mais ponctuée de beaux faits d’armes. Puisant son inspiration dans le creuset de l’omniprésente et massive Bristish Invasion, influencé par les Beatles (qui ne le serait pas ?), Nazz (dont le nom est extrait du titre des Yardbirds, The Nazz Are Blue) est une des premières formations de garage rock psychédélique des sixties. La valeur, qu’on lui prêtait alors, lui permit d’ouvrir pour les Doors, lors d’un concert de juillet 1967, d’être convoité par CGT pour pourvoir au remplacement des Monkees et d’entrer rapidement en studio pour l’enregistrement d’un premier album, sobrement intitulé Nazz (octobre 1968). A sa sortie, tout le monde en tombe les bras. Original, inventif, ingénieux, varié, bien produit, nanti d’un son psychédélique simultanément très sixties et contemporain,  porté par le joyau trempé dans l’acide qu’est Open My Eyes, par Back Of Your Mind, par le single Hello It’s Me (71 dans les charts), par Wildwood Blues, par un énergique Lemming Song ou un  délicieux She’s Goin’ Down (les titres les plus lourds sont les meilleurs) mais supportant également quelques failles comme When I Get My Plane, Crowded ou If That’s The Way You Feel, Nazz, disque et groupe confondus, méritent d’être visités. Les premiers pas d’un Todd Rundgren encore musicalement juvénile, mais déjà affirmé à l’écriture, la section rythmique extraordinaire (notamment ce batteur qu’est Thom Mooney) sont des curiosités sur lesquelles il convient de se fixer. Un disque de ce niveau aurait dû appeler une autre carrière que la fugace apparition attachée à ce groupe américain (leur rupture est consommée en 1970, deux autres albums suivront, dont un dernier, Nazz III, fait à leur insu). Encore une de ces énigmes que le rock garde secrètement pour lui…(PLO54)

 

1. »Open My Eyes » (Rundgren) – 2:48 

2. »Back of Your Mind » (Rundgren) – 3:48 

3. »See What You Can Be » (Rundgren) – 3:00 

4. »Hello It’s Me » (Rundgren) – 3:57 

5. »Wildwood Blues » (Mooney/Rundgren/Stewkey/Van Osten) – 4:39 

6. »If That’s the Way You Feel » (Rundgren) – 4:49 

7. »When I Get My Plane » (Rundgren) – 3:08 

8. »Lemming Song » (Rundgren) – 4:26 

9. »Crowded » (Mooney/Stewkey) – 2:20 

10. »She’s Goin’ Down » (Rundgren) – 4:58

 

Todd Rundgren – Guitar, Vocals, String Arrangements, Mixing/Robert « Stewkey » Antoni – Keyboards, Vocals/Thom Mooney – Drums/Carson Van Osten – Bass, Vocals 

Contact: jean-claude.reichert@orange.fr 

 

 

 

 

123
 

thbdwarp |
CORONER COLLECTION |
read and heard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les humains entre eux
| Dreams of Music
| JAH LOVE