Miouzik 60 et 70

POUSSEZ PAS Y EN AURA POUR TOUT LE MONDE!!!

Archive pour la catégorie 'Molly Hatchet'

Dans la tradition du Sud.

Posté : 1 juillet, 2011 @ 2:27 dans Molly Hatchet, Southern Rock | Pas de commentaires »

mollyhatchetmollyhatchet1978.jpg

MOLLY HATCHET 

MOLLY HATCHET – 1978 CoolCoolCoolCoolCool

 

  

Ce groupe de Jacksonville, Molly Hatchet (le nom viendrait d’une prostituée qui aurait tué par mutilation ses clients) est créé en 1975, mais son parcours discographique débute en 1978 par ce disque époustouflant. Dès ce premier LP, une des références incontournables de toute l’histoire du rock sudiste, Molly Hatchet se pose en héritier de feu Lynyrd Skynyrd, emporté par un dramatique accident d’avion l’année précédente, quoi que son southern rock soit plus hard encore que son illustre devancier. Toujours est-il que le malheur des uns faisant le bonheur des autres, une porte s’ouvre dans laquelle Molly Hatchet va s’engouffrer. Avec trois solistes (Steve Holland, Dave Hlubek et Duane Roland) et un Danny Joe Brown  dont la voix rude fait merveille, Molly Hatchet pond un premier LP fracassant, sans détour, alors que la formation de Floride se révèle encore très perfectible. Epic Records les prend sous son aile et Tom Werman (que l’on retrouve derrière Cheap Trick et Ted Nuggent) les produit. Boogie, blues et hard rock constituent le cocktail détonnant de cet album éponyme. Dès les premières notes, la filiation avec Lynyrd Skynyrd est frappante. Leur southern rock est mordant et efficace, Bounty Hunter, viril et direct, plein de vitalité, et qui ouvre le bal, en étant l’indiscutable illustration. La chevauchée se poursuit avec un énorme Gator Country, plus long, aussi cadencé et vitaminé que son prédécesseur. Arrive Big Apple, un titre dépouillé qui a du muscle à revendre, puis The Creeper, blues-rock plus lent que la voix de Danny Joe Brown dote d’une inégalable plus-value. The Price You Pay est un excellent et typical southern rock. Pour élargir le réseau de fans, Molly Hatchet couvre ensuite avec réussite un titre de l’Allman Brothers Band (Dreams I’ll Never See). Après un banal I’ll Be Running (le seul morceau qui ne me fasse pas bander), le répertoire se refait plus lourd, le son plus âpre avec Cheatin’ Woman, avant de se clore sur un enjoué Trust Your Old Friend. Aujourd’hui encore, cet album frais sonne comme dans la plus pure des traditions du sud. Molly Hatchet trace le premier sillon d’une saga qui lui apportera beaucoup de bons moments. Un mot sur la pochette : elle représente « Le Marchand De Mort », une œuvre picturale de Frank Frazetta. A l’image du disque, elle est remarquable (PLO54). 

 

 

 

1. »Bounty Hunter » (Danny Joe Brown, Dave Hlubek, Steve Holland) – 2:58 

2. »Gator Country » (Hlubek, Holland, Banner Thomas) – 6:17 

3. »Big Apple » (Brown, Hlubek) – 3:01 

4. »The Creeper » (Brown, Bruce Crump, Holland) – 3:18 

5. »The Price You Pay » (Cecil Berrier, Brown, Holland, Bob Huckaba) – 3:04 

6. »Dreams I’ll Never See » (Gregg Allman) – 7:06 

7. »I’ll Be Running » (Brown, Hlubek, Thomas) – 3:00 

8. »Cheatin’ Woman » (Holland) – 4:36 

9. »Trust Your Old Friend » (Crump, Duane Roland) – 3:55

 

  

Danny Joe Brown – vocals/Bruce Crump – drums/Dave Hlubek – guitar/Steve Holland – guitar/Duane Roland – guitar/Banner Thomas – bass/Thomas Powell – bass/Tom Werman – percussion/Jai Winding – keyboard. 

Contact: contact@orange.fr 

12
 

thbdwarp |
CORONER COLLECTION |
read and heard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les humains entre eux
| Dreams of Music
| JAH LOVE