Miouzik 60 et 70

POUSSEZ PAS Y EN AURA POUR TOUT LE MONDE!!!

Archive pour la catégorie 'Mick Taylor'

Une croisade pour le blues.

Posté : 27 juin, 2011 @ 9:44 dans Blues, Blues-rock, Bluesbreakers, John Mayall, Mick Taylor, rock | Pas de commentaires »

johnmayallthebluesbreakerscrusadefront.jpg

JOHN MAYALL & BLUEBREAKERS 

CRUSADE – 1967 CoolCoolCoolCool

 

Après Dean, Clapton et Green, les Bluesbreakers de Mayall voient un quatrième guitariste de rang rejoindre le groupe, et pas des moindres : Mick Taylor, 19 ans à peine (il remplacera Brian Jones chez les Stones, suite au décès de ce dernier, en 1969). L’album qui accueille ce jeune surdoué, déniché par le fin limier qu’est John Mayall, s’appelle Crusade (1967) et s’inscrit dans le sillage d’un EP de 4 titres, fait pour Decca Records, avec Paul Butterfield. La particularité des line-up de Mayall étant de tourner, la formation qui assure les enregistrements de Crusade s’articule autour de Mayall, bien sûr, de McVie, pas encore parti pour Fleetwood Mac (ce qui ne saurait tarder), de Keef Hartley, une nouvelle trouvaille du Godfather of British Blues, de Taylor, ainsi que des saxophonistes Rip Kant (sax baryton) et Chris Mercer (sax ténor). Mayall, comme dans l’album précédent, intègre quelques cuivres. Toute l’attention porte ici sur la prestation du gamin de Hatfield. N’est pas Clapton ou Green qui veut, le petit l’apprend à ses dépens. Moins bon que les deux LP précédents, Bluesbreakers et A Hard Road, Crusade, mélange les standards du blues et les originaux de Mayall, parmi lesquels un hommage à JB Lenoir, dont la mort dans l’anonymat provoque une réaction épidermique chez Mayall. Remonté comme un coucou suisse contre la presse rock coupable, à ses yeux, de marginaliser le blues, le bluesman de Manchester part en croisade pour réhabiliter la musique qu’il défend et témoigner toute sa gratitude à cette minorité artistique. D’où le titre, Crusade. Moins bon, Crusade brasse les genres mais n’en propose pas moins quelques merveilleuses offrandes, telles que Snowy Wood, la piste-phare de l’album, instrumental coécrit par le tandem Mayall/Taylor et dont la prestation du dernier, tout en fluidité, en maturité, en habilité, en originalité, en sensibilité  et en improvisation, n’est pas loin de faire oublier les anciens titulaires au poste. Son jeu sur Driving Sideways (Freddie King) est surprenant pour un jeune de son âge. Oh Pretty Woman (Albert King), Me And My Woman (Little Joe Blue), I Can’t Quit You Baby de Willie Dixon, le Sonny Boy Williamson du nom de Checkin’ Up On My Baby et My Time After A While (Buddy Guy) sont toutes des reprises bien ficelées et restituées à l’identique. Dans son ensemble, Crusade accroche, mais, personnellement, je ne partage pas l’apport de la section cuivres, fut-elle bonne. Pour amoureux du blues et de Mayall (PLO54).

 

1. Oh, Pretty Woman (Williams) 3:40 

2. Stand Back Baby (John Mayall) 1:50 

3. My Time After A While (Buddy Guy) 5:15 

4. Snowy Wood (Mick Taylor / John Mayall) 3:41 

5. Man Of Stone (Kirkland) 2:29 

6. Tears In My Eyes (John Mayall) 4:20 

7. Driving Sideways (King / Thompson / Bridge) 4:03 

8. The Death Of J.B. Lenoir (John Mayall) 4:27 

9. I Can’t Quit You Baby (Willie Dixon) 4:35 

10. Streamline (John Mayall) 3:19 

11. Me And My Woman (Little Joe Blues) 4:05 

12. Checkin’ Up On My Baby (Sonny Boy Williamson) 3:59

 

John Mayall : chant, claviers, harmonica, guitare slide/John McVie : basse/Mick Taylor : guitare solo/Keef Hartley : batterie, percussion/Rip Kant : saxophone bariton/Chris Mercer : saxophone tenor 

Contact: jean-claude.reichert@orange.fr 

 

 

12345
 

thbdwarp |
CORONER COLLECTION |
read and heard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les humains entre eux
| Dreams of Music
| JAH LOVE