Miouzik 60 et 70

POUSSEZ PAS Y EN AURA POUR TOUT LE MONDE!!!

Archive pour la catégorie 'Kinks'

Petit budget mais gros gains.

Posté : 8 octobre, 2010 @ 9:45 dans Kinks | Pas de commentaires »

kinkslowbudget1979.jpg

THE KINKS 

LOW BUDGET – 1979  CoolCoolCoolCool

 

 Au moment de refermer le chapitre des Kinks des années 60 et 70, l’unique créneau sur lequel je chronique, je m’accorde une petite réflexion. Tout a été dit sur cette formation. Tout et n’importe quoi. Les tentatives infructueuses et hypothétiques de Ray Davies à s’époumoner dans des albums-concepts trop obscurs, réduisant à la peau de chagrin leur auditoire ; leur place (celle du con) au pied d’un podium occupé par le triumvirat Beatles, Stones, Who ; que le groupe a retourné sa veste. Que, à part leurs singles, Lola, You Really Got Me…que, ceci…que, cela… Il n’empêche que les Kinks sont toujours fidèles au poste, qu’ils ont pris des risques là où d’autres se sont contentés de suivre le mouvement et qu’en 1979, avec Sleepwalker et Misfits, alors qu’ils étaient au fonds du trou, ils retrouvent une immense popularité auprès du public. Où étaient alors les Beatles ? Ils avaient remballé le matos. Que faisaient de bon les Who ? Ils erraient. Et les Stones ? Ils étaient en plein trouble musical. Keith Richards tutoyait alors la mort avec ses addictions, Jagger l’évitait comme il pouvait et la formation s’invitait à la table du disco (Some Girls, Miss You…). On peut dire tout ce que l’on veut, les Kinks, marchant souvent à contre sens des courants, atypiques, ont, malgré tout, fait une belle carrière, et certainement pas dans l’ombre de leurs illustres concurrents. Après un Misfits concluant, quant aux dispositions et envies encore intactes du groupe, quant au plaisir que prend encore le line-up regroupé autour des demi-frères Davies, sort Low Budget (1979). Ce disque, marqué par sa simplicité, est la deuxième meilleure vente des albums studio de Kinks (11ème dans les charts). Bourré d’énergie, il n’affiche pas d’originalité particulière, mais peut être recensé parmi les grands disques hard rock de son époque. Pendant que Ray Davies use de son habituelle causticité verbale, Dave allume Keith Richards en pompant le célèbre riff de Jumpin’ Jack Flash pour Catch Me Now I’m Falling. Personnellement, ces Kinks ludiques m’amusent beaucoup et me séduisent franchement. Bon, on ne va pas se la jouer… c’est commercial et ça fait se trémousser les ricains qui, en pincent pour eux (moins les anglais). Il est clair que ça n’a que peu de rapport avec les pointures discographiques du groupe (Face To Face, Arthur, Village Green par exemple), mais ce Low Budget permet de boucler les années 70 sur une excellente note. On peut dire que personne ne s’y attendait ; ce n’est que justice tant ils ont marqué le rock. 

1.     « Attitude » – 3:47 

2.     « Catch Me Now I’m Falling » – 5:58 

3.     « Pressure » – 2:27 

4.     « National Health » – 4:02 

5.     « (Wish I Could Fly Like) Superman » – 5:59 

6.     « Low Budget » – 3:50 

7.     « In a Space » – 3:44 

8.     « Little Bit of Emotion » – 4:51 

9.     « A Gallon of Gas » – 3:47 

10.   « Misery » – 2:57 

11.   « Moving Pictures » – 3:47 

 

Ray Davies : vocals, guitar, piano, synthesizer/Dave Davies : lead guitar, vocals (lead vocals on « Trust Your Heart »)/Mick Avory : drums except as noted/Andy Pyle : bass guitar 

Contact : jean-claude.reichert@orange.fr 

 

12345...18
 

thbdwarp |
CORONER COLLECTION |
read and heard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les humains entre eux
| Dreams of Music
| JAH LOVE