Miouzik 60 et 70

POUSSEZ PAS Y EN AURA POUR TOUT LE MONDE!!!

Archive pour la catégorie 'Keef Hartley Band'

Indien vaut mieux que deux tu l’auras.

Posté : 1 juillet, 2011 @ 8:01 dans Blues-rock, Keef Hartley Band, rock | Pas de commentaires »

keefhartleybandhalfbreed.bmp

KEEF HARTLEY BAND 

HALFBREED – 1969 CoolCoolCoolCoolCool

 

 

Nom de Dieu, je l’avais oublié celui-là ! Et pourtant, c’est un personnage plutôt original et surtout un artiste oublié. Je n’ai d’ailleurs jamais compris pourquoi cet ex-Artwoods, avec Jon Lord, et ex-Bluesbreakers de Mayall  dans son époque Mick Taylor,  n’a jamais joué les premiers rôles. Dans l’ombre des stars du British Blues du moment, Keef Hartley, le Sioux (souvent  affublé d’un couvre-chef à  plumes ou le visage orné de peintures de guerre), batteur émérite,  a réalisé une belle carrière musicale et sorti quelques albums dignes de la plus grande considération. Halfreed, publié sous le Keef Hartley Band (qui, pour mémoire, a participé au Festival de Woodstock entre John Sebastian et Santana) va même plus loin, c’est un disque exceptionnel qu’il faut absolument connaître. Mélange de rock, blues et jazz (c’est une quarantaine de minutes de ce Halfbreed qui fut interprété à Woodstock), Halfbreed, sorti en 1969 (et enregistré en trois jours) permet de redécouvrir quelques unes des meilleures chansons de la fin des sixties. Cet accro de la culture indienne, a jeté son dévolu sur  le futur T.Rex et Savoy Brown, Miller Anderson (guitare), Spit James qui officie à la deuxième guitare, Gary Thain (basse) et Peter  Dines aux claviers pour le suivre dans sa vision progressive de la musique rock. L’album commence par un pied de nez à John Mayall, via le titre Sacked (viré), dont les premières paroles préparent à l’annonce du licenciement subi par Keef, des Bluesbreakers. Une sonnerie de téléphone (vraisemblablement du type bon vieux Siemens vert façon Derrick) retentit. Keef décroche. Au bout du fil, John Mayall qui peine à lui annoncer la nouvelle comme quoi il ne fait plus partie de l’équipe Bluesbreakers (la chute, c’est pour la fin de l’album) … je trouve cette manière de pratiquer l’humour noir très originale ; l’album débute alors, déroulant un blues obscur et dense, rehaussé de cuivres (la section de cuivres vient du Bluesbreakers), inspiré du Blues très américain de Chicago, mais accommodé façon british. Deux guitaristes de talent (Anderson et Thain), une voix taillée sur mesure pour le blues (Anderson), le  son gras et cathédrale de l’orgue Hammond (Peter Dines), une rythmique servant merveilleusement le blues-rock tel que défini  par Keef Hartley, des compositions originales, tels sont les fils conducteurs d’un album cohérent que je trouve, personnellement, exceptionnel. C’est l’un des tout meilleurs LP de cette fin des années 60 sur la scène internationale. Ce disque mérite de l’attention, Sioux plaît ! (PLO54)

 

 1.     « Sacked (Introducing Hearts and Flowers) » (Arr. Hartley) – 0:40 

2.     « Confusion Theme » (Hartley, Cruikshank) – 1:05 

3.     « The Halfbreed » (Hartley, Dines, Cruikshank) – 6:07 

4.     « Born to Die » (Dines, Hartley, Thain, Hewitson) – 9:58 

5.     « Sinnin’ For You » (Hartley, Dines, Hewitson, Finnegan) – 5:51 

6.     « Leavin’ Trunk » (Estes) – 5:55 

7.     « Just to Cry » (Lowther, Finnegan) – 6:20 

8.     « Too Much Thinking » (Finnegan, Dines, Thain) – 5:30 

9.     « Think it Over » (King) – 4:59 

10.   « Too Much to Take (Speech) » – 0:32

 

 Miller Anderson – Vocals, Guitar/Peter Dines – Organ, Harpsichord/Spit James – Guitar/Gary Thain – Bass Guitar/Keef Hartley – Drums/Henry Lowther – Trumpet, Violin, Brass arrangements/Harry Beckett – Trumpet/Lynn Dobson – Tenor Sax, Flute/Chris Mercer – Tenor Sax/John Mayall – voice on « Sacked » and « Too Much to Take ». 

Contact: jean-claude.reichert@orange.fr 

12345
 

thbdwarp |
CORONER COLLECTION |
read and heard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les humains entre eux
| Dreams of Music
| JAH LOVE