Miouzik 60 et 70

POUSSEZ PAS Y EN AURA POUR TOUT LE MONDE!!!

Archive pour la catégorie 'Jimmy Page'

Cherchez l’erreur.

Posté : 26 juin, 2011 @ 9:14 dans Blues-rock, Jimmy Page, Psychedelic Rock, rock, Yardbirds | Pas de commentaires »

yardbirdslittlegames.jpg

THE YARDBIRDS 

LITTLE GAMES – 1967 CoolCoolCool

 

Clapton, Beck…  c’est au tour de Jimmy Page de rejoindre les Yardbirds, en 1966 ; les deux autres ne sont plus dans la maison, depuis un bon moment pour Slowhand, depuis peu pour Jeff Beck. En 1967, Little Games paraît sur le marché. Il est leur dernier album studio et celui du dissentiment. Le noyau McCarty/Relf veut s’orienter vers le folk-rock, tandis que Jimmy Page veut faire valoir son jeu de guitare dans une direction qui lui sied mieux : le hard blues où il peut laisser libre cours à ses impros. Le mélange de blues et de rock psychédélique ici présent  pose les bases de ce que Page (dont c’est le seul album où il figure du début à la fin) fera au début de Led Zep (Glimpses, l’acid rock Tinker, Tailor, Soldier, Sailor) . On y retrouve du blues-rock hardi (Drinking Muddy Waters), des effluves psychédéliques (Glimpses), de l’acoustique zeppelien (White Summer est joué sur les premières tournées du Led Zep), de la ballade (Only The Black Rose), de l’acid pop (Little Soldier Boy), du rock (No Excess Baggage), de l’hymne puéril (Stealing Stealing), mais que l’ensemble est médiocre. A part servir les intérêts de Page qui prouve qu’il est bien l’Hendrix blanc et qui fait les réglages pour ses desseins personnels, je ne vois pas autre chose qui puisse servir la cause de ce disque. Par contre, ayons une pensée pour Relf, qui est un peu le parent pauvre de ce groupe et qui, étant de tous les coups des Yardbirds, aura finalement rendu, une copie blanche en ce qui le concerne. N’ayons pas peur de le dire : il n’est pas et n’a jamais été vraiment au niveau des Yardbirds qui se sont succédé. Et que dire des pistes bonus, alors ? Une mascarade du sieur Mickie Most, qui leur fait jouer le Ha Ha Said The Clown d’Herman’s Hermits, pas du tout adapté à leur style et d’autres stupidités. Le pédigrée de l’auteur de ces pitreries, rajoutées à l’original (déjà bancal), pour lesquelles des musiciens de studio (dont John Paul Jones, futur Led Zep) ont été spécialement recrutés, le situe du côté d’Herman’s Hermits (Manfred Mann) et de Suzi Quattro ; ceci explique cela. L’intérêt de ce disque réside dans le fait qu’il annonce le Led Zep à venir,  une première version (pauvre) de Dazed And Confused rajoutant à ce sentiment. Il y a beaucoup de déchets, dans l’original, mais surtout dans la version étendue aux bonus (PLO54).

  

1) Little Games (Wainman-Shapiro) 

2) Smile On Me (Relf-Dreja-McCarty-Page) 

3) White Summer (Page) 

4) Tinker, Tailor, Soldier, Sailor (McCarty-Page) 

5) Glimpses (Relf-Dreja-McCarty-Page) 

6) Drinking Muddy Water (Relf-Dreja-McCarty-Page) 

7) No Excess Baggage (Atkins-D’errico) 

8) Stealing Stealing (Relf-Dreja-McCarty-Page) 

9) Only The Black Rose (Relf) 

10) Little Soldier Boy (Relf-McCarty-Page)

 

  

Keith Relf : chant, harmonica/Chris Dreja : basse/Jim McCarty : batterie/Jimmy Page : guitar 

Contact: jean-claude.reichert@orange.fr 

 

 

 

 

 

thbdwarp |
CORONER COLLECTION |
read and heard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les humains entre eux
| Dreams of Music
| JAH LOVE