Miouzik 60 et 70

POUSSEZ PAS Y EN AURA POUR TOUT LE MONDE!!!

Archive pour la catégorie 'Jeff Beck Group'

Ouvrage très influent.

Posté : 25 juin, 2011 @ 1:39 dans Blues-rock, Hard Rock, Heavy Metal, Jeff Beck, Jeff Beck Group, Psychedelic Rock | Pas de commentaires »

jeffbecktruthfront.jpg

JEFF BECK GROUP 

TRUTH – 1968 CoolCoolCoolCoolCool

 

Pierre angulaire de l’histoire du hard-rock, Truth est le premier bébé du Jeff Beck Group. Autour du berceau, Jeff Beck, qui a laissé les clés du camion (poussif) nommé Yardbirds  à Jimmy Page (à charge pour lui de tenter de le redémarrer), quelques géniteurs connus comme Rod Stewart (chanteur),Ron Wood (basse), un père qu’on pourrait croire inconnu, mais qui a fait pas mal de belles boutiques avant, Micky Waller, et quatre parrains, venus pour la circonstance, offrir leur jeu de basse et de claviers (comme John Paul Jones), leur talent de batteur (Keith Moon), de pianiste (Nicky Hopkins) ou faire l’appoint à la rythmique (Jimmy Page). Enfant métissé blues-rock, Truth pousse ses premiers hurlements en août 1968. Chassez le naturel, il revient au galop… C’est par un titre repris au répertoire des  Yardbirds que l’éveil se fait. Shapes Of Things est plutôt musclé, la voix de Stewart puissante est bien plus intéressante que celle de Relf, en 1966. Le sidérant Let Me Love You, son suivant, révèle que le blues peut être joué différemment, plus  puissamment encore que ce qui se fait. Il revisite le répertoire de Buddy Guy sous le nom de Jeffrey Rod (les noms de Jeff Beck et Rod Stewart sont contractés). Deux autres originaux sont issus de la collaboration entre le guitariste et le chanteur : Blues Deluxe, lourd et féroce, joué à la tronçonneuse par des rockeurs plus que par des bluesmen, et,  plus classique, Rock My Plimsoul. Stewart au chant rajoute à cette vigueur hors norme. Seuls deux titres échappent à son interprétation vocale remarquée : le planant Beck’s Bolero (avec Page, Paul Jones et Moon) et l’instrumental  délectable, qu’est la ballade traditionnelle Greensleeves. Le sublime I Ain’t Superstitious de clôture  et You Shook Me (Led Zep en a fait une version plus croustillante et plus étendue) sont des reprises de Willie Dixon. Restent Morning Drew et Ol’ Man River. Le premier nommé est un champ d’expérimentation pour Beck qui profite de cette reprise de l’auteur-compositeur et interprète canadienne, Bonnie Dobson, pour jouer avec les effets de pédales et y introduire un final original au son de la cornemuse. Ol’ Man River (avec Paul Jones à l’orgue) a un côté quelque peu bizarre. Lien entre Cream et Led Zeppelin, cet album bluesy dans l’esprit mais rock dans son exécution, boxe dans la catégorie des meilleurs. On peut lui préférer Ola (Voir par ailleurs) qui ira encore plus loin (et qui fait que l’on a tendance à oublier Truth), mais  le premier né de la famille Jeff Beck Group  a ce côté cradingue que j’aime (PLO54).

  

Face 1 

1. Shapes of Things – 3:21 

2. Let Me Love You – 4:43 

3. Morning Dew – 4:42 

4. You Shook Me – 2:32 

5. Ol’ Man River – 4:00 

Face 2 

1. Greensleeves – 1:50 

2. Rock My Plimsoul – 4:14 

3. Beck’s Bolero – 2:54 

4. Blues De Luxe – 7:32 

5. I Ain’t Superstitious – 4:53

 

Jeff Beck – guitares, basse sur « Ol’ Man River » /Rod Stewart – chant/Micky Waller – batterie/Ronnie Wood – basse /Nicky Hopkins – piano sur « Morning Dew », « You Shook Me », « Beck’s Bolero » et « Blues Deluxe »/Keith Moon – batterie sur « Beck’s Bolero », timbales sur « Ol’ Man River »/Jimmy Page – guitare rythmique sur « Beck’s Bolero » /John Paul Jones – basse sur « Beck’s Bolero » et orgue Hammond Organ sur « Ol’ Man River » et « You Shook Me ». 

Contact : Jean-Claude.Reichert@orange.fr 

 

12
 

thbdwarp |
CORONER COLLECTION |
read and heard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les humains entre eux
| Dreams of Music
| JAH LOVE