Miouzik 60 et 70

POUSSEZ PAS Y EN AURA POUR TOUT LE MONDE!!!

Archive pour la catégorie 'Hollies'

Le temps des reprises

Posté : 27 juin, 2011 @ 4:02 dans Beat, Hollies, Pop | Pas de commentaires »

holliesstaywiththehol.jpg

THE HOLLIES 

STAY WITH THE HOLLIES – 1964 CoolCoolCool

 

Groupe anglais de la Beat Generation, né au début des années 60, les Hollies (toujours dans le coup) sont connus pour avoir été la formation qui a vu débuter Graham Nash (de Crosby Stills Nash & Young) et pour avoir été le troisième plus gros pourvoyeur de charts britanniques des sixties, derrière qui vous savez. Né à Salford dans le Lancashire grâce à Nash et Allan Clarke, des amis d’enfance, ce groupe s’étoffe avec les arrivées d’Eddie Haydock à la basse, Vic Steele, à la guitare et Don Rathbone, batteur (Tony  Hicks et Bobby Elliott suppléeront ces deux derniers rapidement), opte pour le nom de Hollies, en hommage au chanteur américain Buddy Holly. A partir de là, dès 1963, les succès s’enchaînent pour l’étiquette  Parlophone, division discographique d’EMI en Grande-Bretagne (pour laquelle les Beatles sont alors  les illustres représentants) : (Ain’t That) Just Like Me (25ème aux USA/1963), Searchin’(12ème en 1963), Just One Look (2ème/1964), Here I Go Again (4ème en mai 1964). Un premier LP sort dès 1964, Stay With The Hollies (baptisé Here I Go Again aux States et publié chez Imperial, label de la Nouvelle-Orléans) que l’on retrouve bien vite en deuxième position des charts d’Outre-Manche (18 semaines dans le top ten). Constitué essentiellement de reprises de standards de Chuck Berry, Ray Charles, puisé dans le catalogue Motown, cet album ne diffère en rien de ce que faisaient l’essentiel des formations du Mersey Beat (Stones et Beatles compris) : s’accaparer un répertoire familier, créer son style en l’agrémentant généralement d’harmonies vocales haut perchées, d’une rythmique nerveuse, de guitares éclatantes et tenter de se faire une place au soleil sur un marché américain, alors en souffrance (les grandes idoles vieillissantes du rock & Roll US étaient mortes,  tournées vers la religion, derrière les barreaux ou en proie à de sérieux ennuis de mœurs), marché du moment animé par des formations que l’histoire du rock n’a, pour ainsi dire, pas retenues (Ricky Nelson, Frankie Avalon, Bobby Rydell, Pat Boone, ça vous parle ?). Stay With The Hollies est le miroir de cette stratégique British Invasion et ne recense qu’un seul original (le talentueux Little Lover). Guère transcendant, il montre au profane, combien il était alors difficile de s’extirper du flux dense des produits générés par la Mersey Beat, sauf pour ceux qui avaient tous les moyens techniques à leur disposition (inutile de les citer, ce sont les deux de devant). Le rendu révèle la compétence des acteurs (Talking ‘Bout’ You, Mr Moonlight, Baby Don’t Cry, You Better Move On, What Kind Of Girl Are You), annonce des reprises interprétées avec respect et humilité (Memphis, Lucille et Candy Man), une énergie et une puissance brutes (Do You Love Me) … comme beaucoup de formations. La performance (vocale notamment) ne permet pas encore d’y accorder toute l’attention nécessaire (Stay, pour aborder l’Amérique, prépare un avenir prometteur). Dès  l’album suivant, In The Hollies Style, les Hollies dépasseront  ce stade amateur en prenant une orientation plus mélodique (adaptée aux talents de chanteurs de Nash et Clarke) et, ce sera alors une autre paire de manches…(PLO54).

 

1. »Talking ‘Bout You » (Chuck Berry) Clarke 2:09 

2. « Mr. Moonlight » (Roy Lee Johnson) Nash 2:05 

3. « You Better Move On »   (Clarke and Nash) 2:46 

4. « Lucille » (Albert Collins/Little Richard) Clarke and Nash 2:27 

5. « Baby Don’t Cry » (Tony Hiller/Perry Ford) Clarke and Nash 2:06 

6. « Memphis » (Berry) Clarke and Nash 2:34 

7. « Stay » (Maurice Williams) 

8. « Rockin’ Robin » (Roger Thomas) Clarke 2:17 

9. « Whatcha Gonna Do ‘Bout It? » (Gregory Carroll, Doris Payne) Clarke 2:20 

10. « Do You Love Me » (Berry Gordy, Jr.) Clarke 2:10 

11. « It’s Only Make Believe » (Conway Twitty/Jack Nance) Clarke and Nash 3:13 

12. « What Kind of Girl are You » (Ray Charles) Clarke and Nash 3:03 

13. « Little Lover » (Graham Nash/Allan Clarke) Clarke 1:58 

14. « Candy Man » (Fred Neil/Beverly Ross)

 

Allan Clarke – vocals/Bobby Elliott – drums/Eric Haydock – bass guitar/Tony Hicks – vocals, electric guitar/Graham Nash – vocals, electric guitar, rhythm guitar 

Contact: jean-claude.reichert@orange.fr 

 

12345...18
 

thbdwarp |
CORONER COLLECTION |
read and heard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les humains entre eux
| Dreams of Music
| JAH LOVE