Miouzik 60 et 70

POUSSEZ PAS Y EN AURA POUR TOUT LE MONDE!!!

Archive pour la catégorie 'Gong'

Un étrange théâtre.

Posté : 24 juin, 2011 @ 1:09 dans Gong, Rock en France, rock progressif | Pas de commentaires »

gongcamembertelectrique1971.jpg

GONG 

CAMEMBERT ELECTRIQUE – 1971 CoolCoolCoolCool

Gong est né d’une décision administrative, à l’encontre de l’australien Daevid Allen, alors Soft Machine et en tournée chez nous, dont le visa n’est pas renouvelé et pour cause : cet allumé n’a rien trouvé de mieux que de coller la photo de bouddha sur son passeport. Bien sûr que ça ne se fait pas… Le déjanté en question, hippie et adepte de la vie communautaire s’installe dans la capitale, crée Gong, qui sert de tremplin à la carrière de nombreux musiciens comme Steve Hillage ou Bill Bruford. Depuis, cette formation est une figure emblématique  du rock progressif en vogue dans les années 70 et notamment de sa filière française. Camembert Electrique est sa première œuvre incontournable. Folle et douce. Un univers unique. Il est aussi son premier vrai disque, car, à force de passer d’un projet à un autre (Obsolète de Dashiell Hedayat, Continental Circus, Banamoon et Magick Brother…),  sa carrière discographique est confuse. L’histoire retient toutefois ce Camembert Electrique (1971) et la fameuse trilogie Radio Gnome Invisible. Le premier nommé a pour acteurs Daevid Allen (guitare et chant), Christian Trish (basse et guitare), Didier Malherbe (saxo et flûte), Gilli Smith (et sa voix intersidérale), Eddy Louiss (claviériste), Pip Pyle (batteur), auxquels il convient d’associer Constantin Simonowitch (piano), et a pour cadre d’enregistrement  le château d’Hérouville de Michel Magne. Ce line-up constitué d’excellents  musiciens indépendants et de joyeux drilles (l’humour fait partie intégrante de leur style) installe ici une ambiance musicale cosmo-psychédélique complètement cinglée, renforcée par des textes surréalistes et délirants. Les acteurs, à l’aise dans ce courant canterburien,  se lâchent de toute évidence et font de cet album à l’esprit empreint de liberté, une vraie et belle curiosité progressive. Revers de la médaille : Camembert Electrique n’est pas toujours facilement accessible au novice. Pour ce, il aurait fallu avoir dépucelé le genre préalablement, consommer autant de produits hallucinogènes que Daevid Allen et intégrer l’étrange théâtre de la planète Gong (la remarque vaut aussi pour les Kobaïens de Magma)… Papa n’aurait pas vraiment été d’accord…(PLO54).

 

1.Radio Gnome (Allen) 0:26 

2.You Can’t Kill Me (Allen) 6:23 

3.I’ve Bin Stone Before (Allen) 4:53 

4.Mister Long Shanks : O Mother I Am Your Fantasy (Smyth) 3:41 

5.Dynamite : I Am Your Animal (Smyth) 4:32 

6.Wet Cheese Delirium (Allen) 0:29 

7.Squeezing Sponges over Policemen’s Heads (Allen) 0:13 

8.Fohat Digs Holes in Space (Allen/Smyth) 6:24 

9.Tried So Hard (Allen/Smyth) 4:39 

10.Tropical Fish : Selene (Allen) 7:36 

11.Gnome the Second (Allen) 0:26

 

  

Daevid Allen (guitare, chant)/Christian Tritsch (guitare, basse)/Didier Malherbe (flûte, saxophone)/Gilli Smyth (chant, murmure spatial)/Eddy Louiss (orgue, piano)/Pip Pyle (batterie), Constantin Simonovitch (piano). 

Contact: jean-claude.reichert@orange.fr 

 

 

 

thbdwarp |
CORONER COLLECTION |
read and heard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les humains entre eux
| Dreams of Music
| JAH LOVE