Miouzik 60 et 70

POUSSEZ PAS Y EN AURA POUR TOUT LE MONDE!!!

Archive pour la catégorie 'Folk'

Un sacré énergumène.

Posté : 10 mars, 2010 @ 3:12 dans Folk, John Martyn | Pas de commentaires »

johnmartynlondonconversation.jpg

JOHN MARTYN 

LONDON CONVERSATION – 1967 CoolCoolCoolCool

 

Encore un sacré client que notre John Martyn ! L’état civil le pointe une première fois  le 11 septembre 1948. Notre lascar est un sacré original, un écossais, un fieffé guitariste à la voix qui traîne, un artiste qui a suscité beaucoup de vocation et qui en a inspiré depuis ses premiers pas. Sa carrière s’est essentiellement déroulée dans les clubs anglais des années 60 jusqu’à sa mort, en janvier 2009. Ce mec est passé à travers les mailles du filet de nombreuses fois. Des accidents, des graves problèmes de drogue et de bibine…Il a toujours échappé aux convocations de la Grande Faucheuse et pourtant il en a fait, l’apôtre, jusqu’à son dernier souffle. Mais toujours debout (mourir saoul, c’est mourir debout !). Enfin presque car les dernières années, c’est en chaise roulante qu’il donnait ses concerts. Il vivait pour la musique et le reste, il s’en tapait. D’où le relatif anonymat, d’où les petites salles obscures et enfumées qu’il préférait aux scènes plus grandes. Il était complètement dans son trip et rien ne l’en faisait sortir. Il est mort comme il est né. Sans bruit, discrètement, sans tapage. Je soupçonne même un rictus sur son visage lorsqu’il a fermé définitivement les yeux. Pour narguer, une fois encore, la mort. Un personnage ! Et l’artiste, me direz-vous ? Un virtuose. Il balance un premier LP qui est une merveille colorée au folk. A la sortie de London Conversation, John Martyn est encore un blanc-bec qui se permet d’enregistrer un premier album peu de temps après avoir commencé à jouer de la guitare (et quelle technique !). Sorti en 1967, l’album est intimiste, avec une belle écriture chargée d’émotion. Sa voix est très douce, agréable à entendre (elle n’a pas encore sa raucité caractéristique), les chansons sont sublimement mélodiques pour un rendu d’une grande profondeur. Les fans de folk (que je suis) se laisseront volontiers aspirer par le charme folklorique de ce disque :Fairie Tale Lullaby, petite chance douce au refrain sympa, le triste Sandy Grey, le blues Cocaine (rien à voir avec le morceau de Clapton), le triste et rêveur Back To Stay, le féérique et jazzy psychédélique Rolling Home (avec sitar et flûte), l’envoûtant Who’s Grown Up Now. Typiquement folk, inspiré lui-même par l’univers de Hubert Jansch (dit Bert Jansch), écossais comme lui, l’album finit par une reprise arrogante (une telle maîtrise et facilité à cette âge pour interpréter le dieu Dylan, c’est insolent !) du Zim, Don’t Think Twice Son Alright. Merveilleux. 

 

Side one

 

 1.        « Fairy Tale Lullaby » – 2:50 

2.        « Sandy Grey » (Robin Frederick) – 2:25 

3.        « London Conversation » (Martyn, J. Sundell) – 2:42 

4.        « Ballad Of An Elder Woman » – 2:43 

5.        « Cocaine » (Traditional, arranged John Martyn) – 2:59 

6.        « Run Honey Run » – 2:37

 

Side two

 1.        « Back To Stay » – 3:28 

2.        « Rolling Home » – 5:43 

3.        « Who’s Grown Up Now » – 4:01 

4.        « Golden Girl » – 2:34 

5.        « This Time » – 3:07 

6.        « Don’t Think Twice It’s Alright » (Bob Dylan)

 John Martyn – vocals, guitar, keyboards, harmonica 

 

1...2829303132
 

thbdwarp |
CORONER COLLECTION |
read and heard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les humains entre eux
| Dreams of Music
| JAH LOVE