Miouzik 60 et 70

POUSSEZ PAS Y EN AURA POUR TOUT LE MONDE!!!

Archive pour la catégorie 'Eagles'

Le chant du cygne des Aigles.

Posté : 18 mars, 2010 @ 3:00 dans Eagles | Pas de commentaires »

eaglesthelongrun.jpg

EAGLES 

THE LONG RUN – 1979  CoolCool 

A l’automne de 1979, sort l’album The Long Run. Leur dernier album a littéralement cartonné : Hotel California. Depuis la parution de cette incommensurable réussite commerciale, rien. Le trou. Depuis 1976, Eagles n’a plus rien sorti. Difficulté à gérer le succès ? Problèmes et tensions au sein du groupe ? Besoin de souffler ? Peu importe, après trois ans d’attente, les fans sont en droit d’attendre un album d’une autre qualité que The Long Run. Exit Randy Meisner qui, après la tournée de promo d’Hotel California, quitte la formation, car mis en minorité artistique. Certains problèmes d’égo voient le jour. Glenn Frey et Don Henley ont la main mise sur Eagles, que Timothy B. Schmit (bassiste et chanteur), en rupture de Poco, le concurrent (il fallait que je la fasse, désolé !), rejoint. Tel est le contexte ambiant lors du travail d’enregistrement. Toutefois, les Eagles sont des pros et d’habiles manœuvriers qui savent s’adapter aux nécessités du marché, pour pondre un LP qui va encore connaître le succès. Les fans restent sur le sublime Hotel California et attendent depuis trop longtemps, pour ne pas se ruer sur ce disque (leur sixième et dernier disque studio), censé combler un manque de trois ans. Leur attente est comblée par un album qui génère un single rock, Heartache, qui va rapidement se classer dans les charts US (Grammy Awards, qui plus est). Parmi les autres temps forts, The Long Run, I Can’t Tell You Why (une bien jolie ballade que la voix de Schmit rend encore plus belle), The Sad Cafe, une superbe ballade sur laquelle David Sanborn y livre une magnifique partition de saxo alto et In The City retenu pour officier pour la B.O du film The Warriors. Et c’est tout ! Le reste est à l’état de promesses non tenues. Manque d’inspiration évident, de brillance aussi…mais bel effort commercial d’un groupe qui s’est éloigné de son univers musical de départ pour toucher les dividendes d’une carrière plus mercantile et lucrative. Au bout de trois ans de relâche, j’estime que le public et les « socios » d’Eagles étaient en mesure d’espérer une autre fin. Cet album, quelconque globalement, amorce ce que l’on pressentait être un déclin, mais qui est devenu rapidement une rupture. The Long Run a été 57 semaines dans les charts et dernier N°1 des albums des années 70. C’est à bouffer son Stetson ! Comme quoi, j’ai bien fait de plier mes gaules et d’aller à la pêche dès les premiers frimas de l’année 1980. Et dire que Poco…( J’arrête, je jure !).

  

 

1.     « The Long Run » (Don Henley, Glenn Frey) – 3:42 

2.     « I Can’t Tell You Why » (Timothy B. Schmit, Henley, Frey) – 4:56 

3.     « In the City » (Joe Walsh, Barry De Vorzon) – 3:46 

4.     « The Disco Strangler » (Don Felder, Henley, Frey) – 2:46 

5.     « King of Hollywood » (Henley, Frey) – 6:28 

6.     « Heartache Tonight » (Henley, Frey, Bob Seger, J.D. Souther) – 4:27 

7.     « Those Shoes » (Felder, Henley, Frey) – 4:57 

8.     « Teenage Jail » (Henley, Frey, Souther) – 3:44 

9.     « The Greeks Don’t Want No Freaks » (Henley, Frey) – 2:21 

10.   « The Sad Café » (Henley, Frey, Walsh, Souther) – 5:35

 

  

  • Don Felder: guitares, orgue, chant. 

  • Glenn Frey: guitares, synthétiseurs, claviers, chant. 

  • Don Henley: batterie, percussions, chant. 

  • Timothy B. Schmit: basse, chant. 

  • Joe Walsh: guitares, steel guitare, slide guitare, claviers, chant. 

  • Jimmy Buffett - chant, choeurs 

  • The Monstertones – choeurs 

  • David Sanbornsaxophone alto 

 

Contact : jean-claude.reichert@orange.fr 

 

123456
 

thbdwarp |
CORONER COLLECTION |
read and heard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les humains entre eux
| Dreams of Music
| JAH LOVE