Miouzik 60 et 70

POUSSEZ PAS Y EN AURA POUR TOUT LE MONDE!!!

Archive pour la catégorie 'Captain Beefheart'

Une araignée au plafond !

Posté : 25 août, 2010 @ 3:17 dans Captain Beefheart | Pas de commentaires »

captainbeefheartmagicsafeasmilk.jpg

CAPTAIN BEEFHEART & HIS MAGIC BAND 

SAFE AS MILK – 1967  CoolCool

 

 Pour l’état-civil, Captain Beefheart, c’est Don Van Vliet, un déjanté, élevé au blues et influencé par Zappa. Faut aimer ! Je m’empresse de vous dire que l’univers musical que vous allez pénétrer n’a rien de commun ni de rassurant. C’est un truc de dingue, fait par des dingues pour des dingues. Les musicos ? Aussi azimutés que le cador. De John French à Jerry Handley, via Alex St-Clair Snouffer (qui constitue son Magic Band), une belle bande de siphonnés. Jamais de ma vie, je n’avais alors, en 1967, entendu un truc de ce genre. Hormis Zappa, son pote (ce qui ne m’étonne aucunement), jamais un artiste ne s’était aventuré de cette manière dans la musique rock, mêlée de blues, de free-jazz et de psychédélisme. Expérimental, contemporain et surtout avant-gardiste, Safe As Milk, premier album studio, reste accessible, plus en tout cas que les deux albums qui vont suivre. Mais, vous êtes prévenus, tout est tribal, sauvage, aventureux, bordélique, concassé, biscornu, fragmenté, raclé et trituré dans l’univers de Capitaine Cœur-de-Bœuf : les voix, les rythmes, les notes. Mais tout est maîtrisé. Je veux bien. Son blues gras est tellement zarbi (on a parfois la désagréable sensation d’être pris dans des sables mouvants et de ne pas en sortir) que l’affaire me dépasse, comme elle a dépassé la critique et le public, à sa parution. Surréaliste, étrange, cette ambiance deviendra la marque de fabrique du Captain et de son Magic Band. Safe As A Milk, dès la première écoute, ça passe ou ça casse. Personnellement, cet album et cet artiste si énigmatiques, difficiles à catégoriser, ce n’est pas ma tasse de thé. Et dire que ce n’est qu’un début. Qu’on se le dise, l’animal fera encore pire (les puristes diront mieux) ! Quoi qu’il en soit, je n’irais pas contre ceux qui trouvent leur intérêt à se farcir un tel album. Moi, je ne vous ai rien dit… Si ! Que Ry Cooder (20 ans) apparaît à la guitare et qu’il a écrit certains arrangements. Pour le reste, c’est vous qui voyez… 

Face A 

1.     « Sure ‘Nuff ‘n Yes I Do » (Don Van Vliet, Herb Bermann) – 2:15 

2.     « Zig Zag Wanderer » (Van Vliet, Bermann) – 2:40 

3.     « Call On Me » (Van Vliet)[4] – 2:37 

4.     « Dropout Boogie » (Van Vliet, Bermann) – 2:32 

5.     « I’m Glad » (Van Vliet) – 3:31 

6.     « Electricity » (Van Vliet, Bermann) – 3:07 

Face B 

7.     « Yellow Brick Road » (Van Vliet, Bermann) – 2:28 

8.     « Abba Zaba » (Van Vliet) – 2:44 

9.     « Plastic Factory » (Van Vliet, Bermann, Jerry Handley) – 3:08 

10.   « Where There’s Woman » (Van Vliet, Bermann) – 2:09 

11.   « Grown So Ugly » (Robert Pete Williams) – 2:27 

12.   « Autumn’s Child » (Van Vliet, Bermann) – 4:02 

Don Van Vliet – chant , harmonica, marimba basse, arrangements/Alex St. Clair Snouffer – guitare, basse, chœurs/Jerry Handley - basse, chœurs/John French - Chant tambours arrière-plan/Ry Cooder - guitare slide guitare , basse/ Milt Holland - tambour et  tambourin/Taj Mahal – tambourin 

Contact : jean-claude.reichert@orange.fr 

 

thbdwarp |
CORONER COLLECTION |
read and heard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les humains entre eux
| Dreams of Music
| JAH LOVE