Miouzik 60 et 70

POUSSEZ PAS Y EN AURA POUR TOUT LE MONDE!!!

Archive pour la catégorie 'bob dylan'

Anachronique.

Posté : 18 février, 2010 @ 4:34 dans bob dylan | Pas de commentaires »

dylanjohnwesleyhardin.jpg

BOB DYLAN

JOHN WESLEY HARDING – 1967  Cool Cool CoolCool

Durant l’été 1966, quelques mois après la sortie du double Blonde On Blonde, Dylan est victime d’un très grave accident de moto (c’est la version officielle) qui va le tenir à l’écart de la scène pendant un an et demi. Le Zim va mettre à profit sa retraite forcée en faisant venir chez lui, à Woodstock, le Band, son groupe habituel de scène (enregistrement de titres qui figureront en 1975 sur le mythique Basement Tapes) et en préparant son retour avec un nouvel album John Wesley Harding (avec à la basse Charlie Mc Coy, Kenny Buttrey à la batterie et Pete Drake à la pédale steel), son huitième, paru en décembre de l’année 1967. Dylan sort radicalement de sa trilogie électrique (Bringing It All Back Home, Highway 61 Revisited et Blonde On Blonde) pour revenir à un album plus acoustique, aux parfums mystiques, d’inspiration biblique (Dylan a eu le temps de réfléchir sur sa vie et ses expériences). John Wesley Harding (en hommage à une gâchette hors-la-loi de la légende du Far West) va encore prendre tout le monde à contre-pied en revenant à des racines folk (pour l’anecdote, au même moment, son idole de toujours, son père spirituel, Woodie Guthrie vient de mourir). Il va en résulter un album anachronique, en dehors de son temps (nous sommes en pleine période hippie et acid-rock, ne l’oublions pas). Sobre et à l’instrumentation réduite à sa plus simple expression, au son épuré, cet album au folk minimaliste de ses débuts (plus la basse et la batterie) est l’un des meilleurs de Dylan, qui nous livre des chansons aux multiples images religieuses. La critique ne s’y trompera pas, qui lui accordera un accueil plus que favorable à sa sortie. Dans les détails, on retrouve sur ce disque le sublimissime hymne All Along The Watchtower, magnifié par Hendrix dans sa version d’Electric Ladyland, et qui est devenu une des chansons les plus populaires du Zim, deux superbes ballades, la laconique The Ballad Of Frankie Lee And Judas Priest (presque 6 minutes) et I Pity The Poor Immigrant. As I Went Out One Morning, Down Along The Cove, le titre éponyme et l’intimiste I’ll Be Your Baby Tonight sont autant de merveilleuses compositions. A ne pas occulter les titres mystiques que sont I Dreamed I Saw St Augustine et Dear Landlord. Au moment de la sortie de cet album, l’histoire dit qu’on a retrouvé un Dylan en pleine forme, cool, relax…notre héros aurait-il souscrit à une cure de désintox ? Ce disque est un des piliers de la discographie de Dylan. Vous savez ce qu’il vous reste à faire ? 

  1. « John Wesley Harding » – 2:58
  2. « As I Went Out One Morning » – 2:49
  3. « I Dreamed I Saw St. Augustine » – 3:53
  4. « All Along the Watchtower » – 2:31
  5. « The Ballad of Frankie Lee and Judas Priest » – 5:35
  6. « Drifter’s Escape » – 2:52
  7. « Dear Landlord » – 3:16
  8. « I Am a Lonesome Hobo » – 3:19
  9. « I Pity the Poor Immigrant » – 4:12
  10. « The Wicked Messenger » – 2:02
  11. « Down Along the Cove » – 2:23
  12. « I’ll Be Your Baby Tonight » – 2:34

  • Bob DylanGuitar, Harmonica, Piano, Keyboards, vocals
  • Pete DrakePedal Steel Guitar
  • Charlie McCoyBass
  • Kenneth A. Buttreydrums
  • 12345...11
     

    thbdwarp |
    CORONER COLLECTION |
    read and heard |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les humains entre eux
    | Dreams of Music
    | JAH LOVE