Miouzik 60 et 70

POUSSEZ PAS Y EN AURA POUR TOUT LE MONDE!!!

Archive pour la catégorie 'Arzachel'

Effarant !

Posté : 26 juin, 2010 @ 7:13 dans Arzachel | Pas de commentaires »

arzachel.jpg

ARZACHEL ARZACHEL – 1969 CoolCoolCoolCoolCool

C’est pour des stories de ce type que j’aime écrire ces chroniques. Il fallait y être. La nature m’a permis ce privilège. Merci maman, merci papa ! Moi qui n’avait rien demandé, je me suis retrouvé là, par hasard, à suivre les premiers pas de certains déjantés des sixties/seventies, dont font partie les lascars dont je vais vous parler. J’avoue, avec le recul, que certains parcours ont été des plus loufoques, compte tenu des bargeots que l’époque a engendrés. Arzachel est né en 1969 à Canterbury, scène du mouvement du même nom que Soft Machine et Caravan (pour ne citer qu’eux) ont immortalisée. Sous la houlette de Steve Hillage, quatre allumés qui voguaient alors sous la bannière d’Uriel (Dave Stewart, Hugh Mont Campbell et Clive Brooks plus Hillage), s’affublent de sobriquets farfelus, jouent masqués sous le nom d’Arzachel. Pour avoir connu cet album de 1969, plus pirate qu’officiel (merci les zombies du Roxy du père Bertrand), au son détestable à l’époque, je peux vous dire que ces zozos ont été un des symboles les plus marquants d’un psychédélisme à l’anglaise. Il me semble que l’album s’est fait très très rapidement (on parlait alors d’un jour). Incroyable pour des bleus-bite qui s’adonnaient quotidiennement à des prises lysergiques répétées. La musique de cet album s’articule principalement autour de la guitare de Hillage et l’orgue de Stewart (deux génies, n’ayons pas peur des mots !). Même si le son laisse quelque peu à désirer (mais c’est ce qui fait le charme des LP de cette fin de sixties), cet album est une mine d’or psyché. Ce disque est révélateur du talent de ces gamins d’alors et typique de cet ère complètement barge. Bourré d’énergie, rugueux, avec un orgue qui n’en finit plus de déchirer et d’agresser, d’une remarquable habileté, plein d’enthousiasme, étrange, ce premier et unique album d’Arzachel (43 minutes et 25 secondes) est très recherché par les puristes. Seuls 14 malheureux petits exemplaires avaient été écoulés à sa sortie, c’est effarant ! Retenez ce nom : Arzachel. Chaudement conseillé. Mais ça risque de vous coûter cher !

1/Garden of Earthly Delights (2:40)

2/Azathoth (4:11)

3/Queen Street gang (4:20)

4/Leg (5:31)

5/Clean innocent fun (10:24)

6/Metempsychosis (16:19)

Steve Hillage : Lead Guitar, Chant (Simeon Sasparella) Dave Stewart : Clavier (Sam Lee-Uff) Hugh Mont Campbell : Basse et Chant (Njerogi Gategaka) Clive Brooks : Batterie (Basil Dowling)

Contact: jean-claude.reichert@orange.fr 

 

thbdwarp |
CORONER COLLECTION |
read and heard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les humains entre eux
| Dreams of Music
| JAH LOVE