Miouzik 60 et 70

POUSSEZ PAS Y EN AURA POUR TOUT LE MONDE!!!

Un trac maîtrisé.

Classé dans : The Band — 20 mars, 2010 @ 10:27

bandstagefright.jpg

THE BAND 

STAGE FRIGHT – 1970  CoolCoolCool 

 

Paru en 1970, Stage Fright (qui signifie le trac) est le troisième album du band après les deux phénoménaux opus qu’ont été, chronologiquement Music From Big Pink (1968) et The Band (1969). Le groupe américano-canadien (ou canado-américain, vous avez le choix) pond un album (qu’il produit lui-même) dont le titre est trompeur. « Peur de la scène », Stage Fright pourrait laisser penser que le contenu du disque est un live. C’est bel et bien un album studio et il a été disque d’or, en dépit d’une pochette qui n’invite pas à l’achat. Le contenu, par contre, oui. Il renferme des titres qui figurent dans le haut du répertoire du groupe. Todd Rundgren y officie, en partie, comme ingénieur du son, la volonté des membres étant de produire un autre son que celui des albums précédents. The Band tombe le masque et livre des chansons plus personnelles. Les textes sont plus sombres et plus troublants. Son thème dominant est l’autodestruction. Le claviériste Richard Manuel, l’âme artistique du Band (un homme triste et manquant souvent de motivation pour des problèmes d’addiction à l’alcool), y va de ses deux chansons co-écrites avec Jaime Robbie Robertson : Sleeping, accrocheur, romantique et funny (sur la solitude et l’isolement), et le complexe Just Another Whistle Stop. C’était lui qui oeuvrait en la matière jusqu’alors. Souvenons-nous de son Tears Of Rage notamment. Ce sera les dernières chansons. Robertson prendra ce rôle à son compte dès le prochain album. Parmi les morceaux  de cet album, j’aime le nostalgique, désespéré et brillant Strawberry Wine, une sombre histoire d’ivrogne (Robertson visait-il Manuel l’alcoolique qui se détruisait et qui se suicidera une quinzaine d’années plus tard ?), qui met en avant un très bon Leon Helm au chant (il a co-signé ce titre avec Robertson). Je retiens également Stage Fright, biographique plutôt dur qui évoque les vicissitudes de l’argent et de la gloire (Manuel est encore une fois étincelant au chant), le son « Creedence » que l’on retrouve sur Time To Kill, The Rumor, poignant, qui clôt le disque sur un Manuel à la voix vraiment extraordinaire, et à un degré moindre, pour la détente, la cool ballade de Robertson qu’est All La Glory, traitant de la naissance de sa fille. Les travaux de cet album diffèrent nettement de la production antérieure. Les seuls titres à demeurer dans la filière de Music From Big Pink ou The Band sont Daniel And The Sacred Harp et The W.S Walcott Medicine Show. Certains signes révèlent des failles (des clans même) au sein de cette formation qui vont engendrer, à terme, des problèmes entre les membres. Les harmonies vocales qui faisaient la beauté de leurs interprétations sont reléguées au second plan. Stage Fright est un disque de rock & roll brillant, avec des acteurs brillants et polyvalents au niveau instrumental. Chacun joue au moins de deux instruments sur cet album : le piano et l’orgue pour Garth Hudson (qui touchait au sax et à l’accordéon), la batterie pour un Leon Helm (mais aussi la guitare et surtout le chant) affecté par des problèmes de drogue. Idem pour Rick Danko le bassiste, Richard Manuel (claviers, batterie, chant), Jaimie Robertson. Du bon Band, qu’on se le dise ! 

 

 

1.     « Strawberry Wine » (Levon Helm, Robertson) – 2:34 

2.     « Sleeping » (Richard Manuel, Robertson) – 3:10 

3.     « Time to Kill » – 3:24 

4.     « Just Another Whistle Stop » (Manuel, Robertson) – 3:48 

5.     « All La Glory » – 3:31 

6.     « The Shape I’m In » – 3:58 

7.     « The W.S. Walcott Medicine Show » – 2:58 

8.     « Daniel and the Sacred Harp » – 4:06 

9.     « Stage Fright » – 3:40 

10.   « The Rumor » – 4:13 

 

  • Rick Dankobass, fiddle, vocals 

  • Levon Helmdrums, guitar, percussion, vocals 

  • Garth Hudson organ, electric piano, accordion, tenor saxophone 

  • Richard Manuel piano, organ, drums, clavinet, vocals 

  • Jaime Robbie Robertsonguitars, autoharp 

 

         Contact : jean-claude.reichert@orange.fr 

 

 

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

thbdwarp |
CORONER COLLECTION |
read and heard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les humains entre eux
| Dreams of Music
| JAH LOVE